Châteauneuf-sur-Isère (Drôme)
Châteauneuf-sur-Isère (Drôme)
Inscription aux listes de diffusion

La Vierge de l’apocalypse

Auteur inconnu
Fin XVIIIème, début XIXème siècle
Dimension : 126 cm x 92 cm
Année de restauration : 2011

Œuvre inscrite au titre des monuments historiques en 2010

La vierge est accueillie au ciel par Dieu le père entouré d’angelots bienveillants. Elle est représentée telle la « Femme » de l’Apocalypse, que Saint jean décrit enveloppée de soleil, couronnée d’étoiles (symbolisant les 12 apôtres). La lune à ses pieds exprime la prééminence de Marie sur le monde terrestre et sa victoire sur le péché. Le basilic (reptile) incarne le mal et l’hérésie.

Extraits du rapport de restauration rédigé par le restaurateur, Vincent OLLIER.

- Examen du support avant restauration :
« Le support est une toile de lin tissé mécaniquement avec des fils épais et de texture moyenne. Outre les crasses traditionnelles, cette toile présente dans sa partie arrière des traces d’humidité et des coulures dues à une conservation dans un environnement fortement humide. La toile présente deux déchirures importantes. La présence de deux pièces en papier et six pièces en tissu coton témoignent d’interventions antérieures faites ou non par une seule personne. »

- Examen du châssis avant restauration :
« Le châssis est un châssis à clé du XIXème siècle, chanfreiné et à traverse centrale. Quatre de ses clés sont absentes. »

- Examen de la couche picturale :
« La technique picturale est à l’huile. L’écriture du peintre comporte dans les parties claires quelques légers empâtements et dans les parties les plus sombres, des frottis. L’ensemble est d’une très grande délicatesse. Cette couche picturale présente quelques soulèvements et des écailles en tuiles notamment en bas du tableau dues probablement à l’environnement humide qu’elle a subi. Le vernis montre un encrassement certain et un très fort jaunissement. »

"La Vierge de l'apocalypse" avant la restauration

- Traitement de conservation et de restauration effectués par le restaurateur :
« La toile : Élimination des crasses, traitements des déchirures, reprise des tranches défaillantes par des bandes de tension en lin.
La couche picturale : Réalisation de consolidation sur les soulèvements divers, les repeints et mastics jugés abusifs ont été éliminés au scalpel avec l’aide d’un mélange de deux solvants organiques, les lacunes ont fait l’objet d’un masticage réversible et d’une retouche illusionniste à l’aide de pigments
Le châssis a été nettoyé et a reçu un traitement insecticide et fongicide curatif et préventif.
Le vernis présent a été éliminé puis l’œuvre a été revernie. »


[ Haut de page ] [ Accueil ] [ Contact ] [ Agenda Actualités ] [ RSS ] [ Aide ] [ Mentions légales ] [ Plan du site ]