Châteauneuf-sur-Isère (Drôme)
Châteauneuf-sur-Isère (Drôme)

Des origines à nos jours

Dès les temps préhistoriques, Châteauneuf et en particulier les buttes de molasse, a accueilli des habitants, intéressés par l’abri des grottes, la proximité de l’eau et la présence de forêts.

A l’époque romaine, le coteau de Bel Air, qui allait porter notre château médiéval, fut fortifié, proche qu’il était de la Voie Magne qui reliait Valence à Lyon (route de Valence qui passe aux Teppes, puis aux Quarts et va franchir l’Isère en dessous du quartier des Robins).

JPEG - 52.1 ko
Porte médiévale

C’est sans doute dans la deuxième partie du Xème siècle qu’est construit le nouveau château, sur ce coteau fortifié. Cette forteresse, dont quelques vestiges sont toujours visibles, est mentionnée pour la première fois en 1012. Ainsi, Châteauneuf entre dans l’histoire et cette seconde fortification lui donne son nom.
La famille des seigneurs de Châteauneuf, probablement apparentée aux Ducs de Bourgogne, est connue depuis 1060. La famille des seigneurs de Châteauneuf, connue depuis 1060, exerça son pouvoir jusqu’à la fin du XIIIème siècle où elle perdit sa seigneurie au profit de l’évêque de Valence.
De cette famille sont issus deux personnages remarquables :
-  Saint Hugues (1052-1132) évêque de Grenoble qui favorisa la création de l’ordre des Chartreux
-  Saint Hugues, neveu de l’évêque, abbé de Léoncel et de Bonnevaux, considéré comme l’un des plus fins diplomates de son temps. Il s’est illustré notamment en réconciliant le Pape et Frédéric de Barberousse, empereur Germanique.

Les Châteauneuf sont à l’origine de créations d’établissements religieux tels que l’abbaye cistercienne de vernaison qui est probablement l’une des premières abbbayes de moniales.

A la Renaissance, les guerres de religion sont la cause de la destruction de notre château-fort en 1585.

Le développement des villes et des édifices entraîne le développement de l’extraction de la pierre de molasse, que les Romains avaient entreprise et que le Moyen-Age amplifia en participant notamment à la construction de la ville de Valence.

A la Révolution, notre village prend provisoirement le nom de « Mivalon d’Isère ».

L’agriculture de subsistance, qui a longtemps prévalu, s’accompagne petit à petit de productions plus commerciales, telles que les fruits secs et les vins. Mais en 1880, l’irrigation du territoire par le canal de la Bourne- projet longtemps différé-, permet la mise en place de vergers de production. Ils se développent entre les deux guerres mondiales pour éclater vers 1950 et faire de Châteauneuf sur Isère la Capitale de la pêche (1800 ha d’arbres fruitiers, 40 % de la surface de la commune, 8 % de la production nationale).

Les problèmes sanitaires et économiques aidant, l’arboriculture perd de sa vitalité à la fin du XXe siècle. Par ailleurs Châteauneuf, au centre de Rovaltain, ambitionne un développement plus dirigé vers le tourisme, l’aménagement de grottes pour le vieillissement du vin d’une part et du pôle de tourisme autour du lac d’Aiguilles d’autre part en sont les plus beaux exemples.


[ Haut de page ] [ Accueil ] [ Contact ] [ Agenda Actualités ] [ RSS ] [ Aide ] [ Mentions légales ] [ Plan du site ]